Le chantier de modernisation des infrastructures de production et du réseau de chaleur de la SEMMARIS, société gestionnaire du Marché International de Rungis, vient de franchir une étape déterminante. Les équipes d’ENGIE Solutions accompagnées d’entreprises prestataires ont œuvré pour le passage en basse pression de 4 km de réseau et l’optimisation de 98 sous-stations d’échange dans le but de réduire au maximum les pertes thermiques. La mise en service de ces nouvelles installations est aujourd’hui effective.  

Le réseau de chaleur du Marché International de Rungis se modernise 

Alimenté à 99 % par sa propre unité de valorisation de déchets (exploitée par la RIVED, régie publique locale), le réseau du MIN fournit en chaleur 22 000 logements et équipements publics du secteur, l’aéroport d’Orly et sa zone hôtelière, la zone industrielle Sénia et dès le premier trimestre 2021, la ville de Rungis.

Ce vaste chantier a pour ambition de concilier performance énergétique et environnementale, tout en valorisant au maximum la chaleur produite par l’unité de valorisation énergétique du MIN. Ainsi, cette première phase de travaux permet à ENGIE Solutions :

  • De limiter les pertes thermiques sur le réseau, notamment grâce à un programme ambitieux de passage des installations vers un régime basse température et l’installation de 4 km de conduites hautement isolées. 

 

  • D’optimiser 98 sous-stations de distribution via des équipements de haute technologie, dits « intelligents ». Ces derniers permettent de bénéficier d’une prévention assistée de l’entretien du réseau, tout en garantissant une surveillance et un pilotage des équipements toujours plus performants pour le confort des usagers. 

 

  • D’abaisser les températures de retour du réseau de chaleur (donc de l’eau revenant des bâtiments chauffés à la centrale de production) : un phénomène qui agit sur la réduction des pertes thermiques.  

Ce chantier marque une autre avancée considérable dans le verdissement du réseau de chaleur du Marché International de Rungis : la suppression totale du fioul lourd parmi les sources de production de chaleur. 

Les prochaines étapes de ce chantier d’ampleur

Une seconde phase de travaux a débuté et vise la construction de deux sous-stations standardisées et équipées d’une interface communicante avec la chaufferie principale du MIN de Rungis exploitée par ENGIE Solutions.

Enfin, une troisième phase de travaux de pérennisation du réseau démarrera prochainement. Elle s’inscrit également dans l’objectif de modernisation du réseau de chaleur du MIN et consistera au remplacement de 4 km de réseaux existants. 

Le réseau de chaleur du MIN de Rungis, en chiffres : 

  • Un réseau de 29 km
  • Pour distribuer 200 GWh de chaleur décarbonée
  • Près de 150 sous-stations
  • 40 000 tonnes de CO2 évitées par an